dimanche 26 mai 2013

Cohérence de la relativité restreinte avec l'unification de la gravité et de l'électromagnétisme

Cohérence de la relativité restreinte avec l'unification de la gravité et de l'électromagnétisme:

Lors d'une discussion sur un forum dont le sujet est intitulé Le mystère de la gravité, Madarion a indiqué que la courbe d'un cercle causé par la gravitation était aussi une équation et que cette équation représentait aussi l'unification de la gravité et de l'électromagnétisme, puis j'ai démontré qu'effectivement la courbe d'un cercle était cohérente avec l'équation que j'ai trouvé et qui unissait la gravité avec l'électromagnétisme, je me suis aussi rendu compte qu'on se rapprochait de la relativité restreinte car ici pour le facteur de contraction des distances, j'ai déja démontré que c'était un cosinus qui peut représenter un cercle tout autant qu'un sinus, de plus le rapport (U/C)^2 qui est le carré d'un sinus et qui est inclus dans ce facteur de contraction des distances, représente la racine carré du rapport de la force de gravitation a la Force de Planck, en prenant
V = U = C sin @ ,  (U/C)^2 = (sin @)^2 , écrivons d'abord l'équation qui unifie la gravitation a l'électromagnétisme, puis ajoutons cette valeur dans cette équation:

[(force magné.)/(force électri.)]^2 = (force gravi.)/(Force de Planck)  = (U^4)/(C^4) = (sin @)^4,

[(force magné.)/(force électri.)]^2 = (force gravi.)(Force de Planck) = (sin @)^4 ,

cela est vrai pour toute valeur de l'angle @ compris entre @ =0 et @ = (pi)/2 .

Voici le dessin montrant le cosinus @ qui représente le facteur de contraction des distances, ainsi que le lien d'une discussion sur le forum astroclick(section: matière, sous-section : les théories scientifique, sujet intitulé: Le mystère de la gravité):

Le mystère de la gravité


Édition 1, 9 juin 2013:

L'équivalence énergie mC^2 qui est démontré dans la théorie de la relativité d'Albert Einstein peut aussi etre
une référence pour la loi qui unifie la gravité a l'électromagnétisme tout comme la force de Planck, il suffit d'arranger les terme de l'équation suivante:

(force magnétique)/(force électrique) = [(V^2)/(C^2)] ,

deux sphères de masse m qui se touche ont l'énergie cinétique total de libération gravitationnelle suivante:

(énergie cinétique total de libération gravitationnelle) = (.5)mV^2 + (.5)mV^2 = mV^2 ,

le rapport de la force magnétique a la force électrique devient donc:

(force magnétique)/(force électrique) = [(mV^2)/(mC^2)] ,

(force magné.)/(force élec.) = (énergie cinétique totale de libération gravitationnelle)/(équivalence énergie d'Einstein),

puis comme l'énergie est aussi une force multiplier par une distance, si cette distance est commune a la force magnétique et a la force électrique, cette équation n'est pas changé avec une comparaison de rapport d'énergie, cette équation de l'unification de la gravité et de l'électromagnétisme peut s'écrire de la facon suivante:

(énergie magné.)/(énergie électri.) = (énergie ciné. total de libé. gravita.)/(équivalence énergie d'Einstein) 

Je suggère de comparer des cas particulier entre eux, comme deux sphère ayant une masse m chacune et la meme charge électrique ayant une distance centre-centre, que l'on compare a une sphère ayant une masse m et une charge électrique semblable qui se déplace a une vitesse V parallèlement a une barre immobile de masse m ayant un courant électrique équivalent a une barre chargé de densité linéaire uniforme allant a une vitesse V, puis on peut comparer aussi avec simplement deux sphères de masse m ayant une distance centre centre comme les autres cas, la vitesse V étant la vitesse de libération gravitationnelle de ces deux sphères, ces cas peuvent représenter cette équation unificatrice de la gravité et de l'électromagnétisme.

ÉDition du 13 juin 2013:

un article en Francais et un autre en Anglais:

Cohérence de la relativité restreinte avec l'unification de la gravité et de l'électromagnétisme

Consistency of special relativity with the unification of gravity and electromagnetism









lundi 8 novembre 2010

facteur de contraction des distances


Dans l'experience de Michelson-Morley, la vitesse du vecteur u correspond a la vitesse de deplacement de la Terre autour du Soleil (30 km/s), et la vitesse du vecteur vi qui est un vecteur guide, correspond aussi a la vitesse equivalente entre deux miroirs dans cette experience et le carre' du module du vecteur vi vaut:

(Vi)*(Vi) = C*C - U*U

[(Vi)*(Vi)]/(C*C) = [1 - (U*U)/(C*C)]

(Vi)/C = [1 - (U*U)/(C*C)]^(1/2) = cosinus @

Ce qui est le facteur de contraction des distances.
Il y a un angle de 90 degres entre le vecteur u et vi, C est le module du vecteur c qui represente la vitesse de la lumiere, sur le dessin, C,Vi,U forme un triangle avec angle droit, a linterieur d'un cercle, il suffit de diviser par C, les modules C,Vi,U, pour obtenir l'hypothenuse de longueur 1, qui est le rayon d'un cercle de rayon 1, puis (Vi)/C est le cosinus @, et U/C est le sinus @ , et pour une valeur connu de U/C, comme par exemple pour l'experience de Michelson-Morley, U/C vaut
1/(10 000) = 1(10)^(-4), puis comme arc sin U/C signifie l'angle dont le sinus vaut U/C, soit @ et que arc cos (Vi)/C signifie l'angle dont le cosinus vaut (Vi)/C, alors on a les egalite' suivante:

(facteur de contraction des distances) = cosinus [arc sin U/C] = sinus [arc cos U/C] ,

C'est des fonctions que l'on retrouve probablement sur toute les calculatrice scientifique.

(facteur de contraction des distances) = [1 - (U*U)/(C*C)]^(1/2) ,

[1 -(U*U)/(C*C)]^(1/2) = cosinus [arc sin U/C] = sinus [arc cos U/C] ,

Voici ci-contre le dessin representant le cercle de rayon C, avec a l'interieur, le triangle avec un angle droit, ayant les cote' C, Vi, U :
Édition 1, 25 mai 2013:
Remarque: dans les textes sur la relativité restreinte que j'ai lu, le facteur gamma Y vaut:

Y = 1/[1 - (U/C)^2]^(1/2) = [1 - (U/C)^2]^(-1/2) = [Vi/C]^(-1) = C/Vi = 1/cos @ = secante @  ,

il faut donc inverser le signe de l'exposant du facteur de contraction des distances.
Ce facteur gamma représente l'augmentation de masse a des vitesses relativiste.